0010 - Le vendredi 05 juin 2015 - Pose de la chambre - Partie 2 - le retour



Bonjour à toutes et à tous,



Aller, c'est partie mon KIKI pour de nouvelles aventure(le grand saut dans l’inconnu).



Le VSL(Véhicule Sanitaire Léger) est à l'heure pour 09h00. Le rendez-vous est pour 09h30. Arriver à l’hôpital de Libourne devant le service d'Oncologie à 08h25. Juste le temps de me griller une petite clope.



Je monte au 1er étage dans le service, je suis attendu à plusieurs heures, une me dit que je devais être là pour 10h00, l'autre me dit que mon rendez-vous a été avancé d'une 1/2 heure et donc prévu pour 09h30 et la troisième avait une entrée de prévu pour 08h30. ça commence bien!!!



Après ce sac de nœuds je suis conduit dans ma chambre, qui porte le numéro 92. On me demande si j'ai bien pris ma douche à la Bétadine hier soir et ce matin. Une aide soignante passe un petit moment pour remplir un questionnaire. On me fournie la super chemise hospitalière qui se boutonne dans le dos et du super bracelet bleu pour identifier, avec tout mon blase dessus, accompagné d'un beau code barre. Je me déshabille(juste en caleçon sous la super chemise hospitalière). Une aide soignante me prend mes constante(pression artériel, pouls et température).



En attendant 10h00(l'heure de la prise de mes médicaments du matin). Je range mes affaires dans le placard et je prépare mes médicaments tranquillement. À 09h55 le brancardier de l’hôpital arrive pour m'emmener au bloc opératoire. Je lui demande de patienter un moment, car à 10h00, j'ai ma première rafale de médicaments de la journée à prendre. J'en profite aussi pour demander une petite défonce en prévision de l'opération, qui se déroule sous anesthésie locale. L’infirmière m’amène le petit cachet qui va bien(en principe).



Aller, c'est partie mon KIKI, pour une petite course de lit dans les couloirs de l’hôpital, jusqu'au bloc opératoire. Il me dépose à l'entrée du bloc opératoire et c'est partie pour un moment à attendre d'être pris en charge. Déjà rien qu'ici il fait bon au niveau de la température. Une autre personne arrive, je passe de mon lit à un brancard et direction la salle d'attente au fond du couloir et à coté de l'entrée des blocs opératoire. Super il faut encore meilleur ici au niveau de la température, j'estime au alentour des 19-20° Celsius. Et encore un moment à attendre pour aller au bloc opératoire. C'est là que le sens du mot "patient", qui signifie un malade prend tout son sens(hihih). C'est bon direction le bloc ou il faut encore plus frais, c'est trop bon. Passage du brancard à la table d'opération. Une super équipe me prend en main, j'essaye de blaguer un peu, mais le trouillomètre reprend le dessus. Le chirurgien m'examine pour voir où il va placer la chambre, puis prépare l'opération en mettant en place les champs opératoire. Il vois que je ne suis pas trop alaise et beaucoup trop crispé. Le chirurgien me rassure et me dit qu'il a déjà posé plus de 3000 chambres. À plusieurs reprise, il me pique pour injecter le produit anesthésiant, ça fait mal, dur, dur, je sert les dents. Et l'opération en elle même peut commencer. Je sens qu'il me trifouille, J'ai l'impression que les jettes sont précis et rapide. Et là je sens quand il pose la chambre, l'ouverture est plus petite que la taille de la chambre, il force et tire sur la peau pour que la chambre rentre et pour la mettre en place ensuite. Il coud tout ça, il essuie, il pose les pansements et enlève le champ opératoire et pendant tout le temps de l'opération j'étais totalement crispé. Ouf!! C'est fini, en fin, ça ne dur pas très long temps, une vingtaines de minutes. Chemin à l'envers de la table d'opération au brancard et ensuite à la sortie du couloir qui mène au bloc opératoire re transfère dans le lit. Je suis ressortie du bloc à 11h29, il y avait une pendule dans le couloir du bloc opératoire et vous savez quoi ? Elle donnait l'heure à tout le monde, gratuitement et en rouge.



Retour dans la chambre numéro 92, le repas arrive et le menu est le suivant : en entrée des betteraves rouges pas cuite, poisson, haricots verts, compote et yaourt.



Après ce si bon repas, j'allume la télévision pour voir les information sur France2. Je m'allonge sur le lit et devinez quoi ? Et bin les paupières sont si lourde, qu'elles finissent par recouvrir entièrement mes yeux et là c'est le noir complet. Bref je me suis endormi pendant deux bonnes heures, la fin des informations et le début de la demi-final hommes de tennis à Roland Garros avec Jo-Wilfried Tsonga contre Stanislas Wawrinka.



Je suis réveillé par deux charmantes ambulancières, pour me ramener chez moi, je devrais plutôt dire chez Sonia. Sachant que personnes du service d'oncologie ne m'avaient prévenu, Pas grave. Je gicle vite fait les lunettes O², que j'avais, je m'habille, je rassemble toutes mes affaires dans le petit sac dos et je suis prêt pour le retour. Une infirmière me donne trois ordonnances(deux aurait suffit) pour faire les soins des deux plaies, remplacer les pansements tous les deux jours(dimanches et jours fériées inclus) pendant 12 jours à domicile par une infirmière libérale.



Retour chez Sonia et voilà la fin de cette nouvelle aventure.



Voici la petite carte reçu à la sortie de l’hôpital avec mes les ordonnances. Je dois la garder toujours sur moi : 

Carte chambre 02

Carte chambre 01 - vierge paluché